Voyage en Corse 2019 du 7 au 11 juin en L'Ile-Rousse & Bastia







La description: 

Départ le vendredi 7 juin de Marseille pour l'Ile-Rousse, retour au départ de Bastia, arrivée le 11 juin au matin à Marseille. 

3 étapes:

  1. L'Ile-Rousse - Porto: 111km, 1500m par San Cesareo, Calvi, Galéria, Girolara, golfe de Porto.

  2. Porto - Calacuccia: 108km, 2600m par les calanches de Piana, Cargèse, Sagone, col de Sévi, col de Vergio.

  3. Calacuccia - Bastia : 126km, 1600m par la Scala de Santa Regina, la Castaniccia, le cordon littoral & la réserve naturelle de Biguglia.                                                                                                      


Les résumés

Etape 3 : Calacuccia --> Bastia : 126 km et 1 600 m de D+

Lundi 10 juin 2019 / météo : beau temps, température entre 25 et 30°, vent assez fort à partir de la mi-journée.

Participants inchangés.   

Ce matin réveil au cœur de la Corse après une nuit au grand calme mais encore bien chaude malgré le fait que nous dormions à 850 m d’altitude. Petit déjeuner à 7h30 pour un départ en bon ordre une heure plus tard. Quelques kilomètres de descente pour ne froisser personne avant d’aborder une jolie petite montée assez courte mais qui valait le détour. Après cela nous dévalons longuement à travers les belles gorges de la Scala di Santa Régina.

Les gorges de la Scala di Santa Régina : sublime !

Nous filons ensuite nous faufiler dans des routes étroites, sinueuses et escarpées à travers le cœur de la Castagniccia. Le parcours est superbe mais le GPS indispensable tant ces coins sont perdus et truffés de bifurcations malaisées à négocier avec une simple carte routière.

Les villages perchés semblent abandonnés de leurs habitants et pourtant Alain réussit en quatrième vitesse l’exploit de trouver une bière dans un bar que lui seul pouvait trouver… Alain craint l’eau, parait-il que ça fait rouiller. 

Pas d’endroit propice au café ni à aucune restauration, nous nous nourrissons de la beauté des sites traversés et pour du plus consistant il faudra attendre Bastia. Si les habitants la Castagniccia se cherchent, on trouve au bord des routes de nombreuses vaches qui nous saluent et parfois même se rangent gentiment sur le bas côté.

Les belles routes corses

Après un joli mais difficile premier col, nous alternons montées et descente jusqu’à déboucher sur la plaine lagunaire au sud de Bastia.

La fin d’étape est toute plate pour remonter au nord sur Bastia, l’occasion de filer bon train malgré le vent défavorable, grâce à des relais organisés en deux files. Petite détente finale sur la grande place de Bastia avant de retourner au camion, charger tous nos vélos et embarquer. Départ de Bastia à 18h30, si tout va bien on sera à Marseille à 7h30 demain. A bord le capitaine nous annonce un vent fort et un peu de mer mais « cela ne devrait pas perturber notre traversée » selon ses termes. On vérifiera. Ce qui est sûr c’est que notre repas et notre passage au bar se passent bien…

A noter un exploit de notre cher Fabien : il a réussi à avoir des courbatures sans faire de vélo. Il a fait une marche rapide de deux heures hier après l’arrivée d’étape et comme le garçon roule plus qu’il ne marche, forcément c’est le drame…

Millie et Thomas, fournisseurs officiels de bonne humeur dans le groupe  !

Alors pour finir sur ces trois jours merveilleux en Corse, un grand merci à tous les participants pour leur bonne humeur, leur bonne condition physique et la facilité de gestion d’un groupe nombreux par Fabien et moi. On peut dire que comme l’édition Corse 2018, la session 2019 fut une formidable réussite.

Merci à Fabien d’avoir été comme d’habitude un remarquable organisateur et animateur malgré sa frustration personnelle de n’avoir pas pu rouler à vélo avec nous durant le week-end à cause de sa fracture.

Texte de Loïc, complété et mis en image de Fabien.


Le mot de Fabien :

Je souhaitais remercier l'ensemble des participants pour leur état d'esprit qui a largement contribué à la réussite de ce séjour. L'excellente ambiance générale a permis de mixer vélo, tourisme, rires, chaleur humaine tout en appréciant les spécialités culinaires locales.

Merci Millie (qui participait à ce type de séjour pour la première fois) pour ta joie de vivre, ton sourire communicatif et ta positive attitude : tu es une vraie perle dans un groupe !

Merci à Éliane qui a une fois encore parfaitement maîtrisée la conduite du camion (même pas une petite rayure !). Merci pour tes encouragements et ton soutien à l'égard de l'ensemble des membres du groupe. Et merci pour m'avoir supporté dans le camion pendant 3 jours ! ;)

Merci Émilie pour ton sourire, ta joie de vivre et la bonne humeur que tu distilles par-ci par-là dans le groupe.

Merci Cathy pour ta gentillesse, et pour m'avoir coupé ma pizza le premier soir ! ;)

Merci Isa pour ta bonne humeur et tes nombreux conseils toujours emprunts de bienveillance.

Merci Florette pour ta joie de vivre et tes innombrables actions en faveur du groupe. Merci également d'avoir conduit le camion.

Merci Karine pour ton sourire éclatant, ta facilité à avaler les pentes et ta constante bonne humeur.

Merci Françoise pour ta gentillesse et ta bienveillance à l'égard du groupe.

Merci à Loïc pour la qualité de tes résumés, ton sens de l'organisation et ta gestion du groupe. Je rappelle que tu as notamment trouvé et géré la réservation pour l'hôtel du premier soir à Porto. Merci pour la pertinence de ton humour, ton guidage GPS et ta capacité à générer une excellente ambiance dans le groupe : tu as plus que contribué à la réussite de ce séjour.

Merci Christophe pour le rangement toujours parfait des vélos dans le camion et pour ta bienveillance naturelle avec l'ensemble des Rugissants.

Merci Thomas pour la qualité de tes photos et ta bonne humeur contagieuse !

Merci Alain pour ton humour et ton incomparable capacité à créer des fous rires avec les gens autour de nuit. Le PDG de la marque de bière Pietra m'a contacté pour te remercier d'avoir considérablement fait augmenter la consommation de Pietra à cette période de l'année ;)

Merci à notre incontournable Serge pour sa chanson adaptée au groupe que nous avons tous chanté le soir à Porto, y compris le personnel de l'hôtel ! Merci pour ce moment.

Thank you Udo for your motivation, your "English touch". Yo are always happy and it is en real pleasure in a group !

Merci Damien pour ta patience, tes petites attentions vis-à-vis de l'ensemble des participants et ton élégance sur le vélo (vu du camion je dois avouer que c'est beau à voir même si c'est énervant !).

Merci Patoche d'être toujours positif, toujours reconnaissant vis-à-vis de l'organisation et toujours particulièrement content d'être là.

Merci Régis pour ses "Régissades", c'est toujours un plaisir de voyager avec toi.

Merci à Michel pour ta générosité et tes attentions avec l'ensemble des participants, notamment pour aiguiller la cohorte des Rugissants sur le parcours.

Merci Sébastien pour son état d'esprit collectif. Tu as parfaitement su t'adapter à ce type de séjour. En tant qu'ancien rugbyman, le sens du collectif tu sais ce que c'est !

Merci à Brice pour ton sourire permanent et ta patience. Tu es toujours prêt à aider les autres.

Merci Jean-Luc, tu es toujours très attentif aux autres et au mesures de sécurité indispensables au regard de l'importance du groupe.

Merci Jean pour ton abnégation sur le vélo, ta volonté et tes progrès par rapport à l'an dernier.

Merci Jean-Pierre pour ta personnalité si attachante, tu es une réelle valeur ajoutée dans le groupe, ce n'est pas pour rien c'est tout le monde t'apprécie autant.


Fabien


Etape 2 : Porto –> Calacuccia : 108 km et 2 600 m de D+

Dimanche 9 juin 2019 / météo : beau temps, température étouffante toute la journée atteignant les 35°, vent léger favorable.

Sans surprise, avec les mêmes filles et garçons qu’hier.   

Aujourd’hui, un facteur est venu perturber les moteurs bien huilés des Rugissants : la très grosse chaleur !

Il faisait déjà plus de 20° au réveil, et au départ de Porto à 8h15. Un premier col dès le kilomètre 1, abordé en douceur, nous mène dans un des plus beaux coins de Corse, les calanches de Piana. Roches rouges tombant en à pic vertigineux dans la mer, route qui serpente et monte avec élégance, comme nous !

La vue depuis les calanches de Piana : sublime !

Nous piquons ensuite vers Cargèse pour gagner le droit à un petit café. Nous continuons en bord de mer jusqu’à Sagone au kilomètre 45, la chaleur dépasse déjà les limites du raisonnable. On est loin du petit 25° d’hier et les organismes souffrent dans la très longue montée du premier col qui nous emmène au cœur de l’île de Beauté. Ce passage de mer à montagne en si peu de kilomètres est un des bonheurs de la Corse. Si vous demandez à un autochtone si son pays est le plus beau du monde, il dira que oui ! Et je pense qu’il aura raison.

Le drame survient donc dans la montée du col de Sévi. Déjà, Damien parti à bloc rate une bifurcation à mi-col et redescend la totalité de l’autre versant avant de se rendre compte de son erreur et de rebrousser chemin…

Mais surtout notre camion est initialement conçu pour 3 personnes. 2 places sont déjà occupées par Eliane et Fabien. Or, on dénombre à l’arrivée en haut de cette ascension 4 Rugissants sur les 3 sièges de devant et… 3 Rugissants supplémentaires qui s’extirpent de la soute. Nous tairons le nom des défaillants par charité, pour avoir les noms il faudra m’appeler sur mon téléphone personnel. De source non officielle, il semblerait même qu’un Rugissant ait poussé son vélo dans les forts pourcentages du milieu de la montée. Pour avoir le nom il faudra appeler Fabien sur son téléphone privé.

Heureusement que Georges, notre Président d’honneur, n’a pas assisté à cette terrible scène. J’en profite au nom de tous les Rugissants présents en Corse en 2019 pour saluer notre Président. Fabien, son bras droit (vu que le gauche est dans le plâtre…) se débrouille remarquablement, malgré sa frustration de ne pouvoir rouler avec nous.

Au sommet nous partageons notre pique-nique à l’ombre des châtaigniers avec quelques cochons en pleine liberté, comme les Rugissants d’ailleurs. D’ailleurs il est à noter que certains Rugissants, sans doute fatigués, font preuve d’agressivité à l’égard de ces pauvres bêtes. Comme si ce n’était pas déjà de la provocation de manger un sandwich au jambon devant elles !

Ambiance décontractée pour la pause pique-nique au col de Sévi !

Dans la descente finale nous trouverons aussi des veaux et autres vaches à brouter au bord de la route ou à la traverser sans avertir.

Après la pause repas, il faut repartir toujours dans le cagnard dans une descente courte avant la dernière ascension de 13 km, le col de Vergio, qui est aussi le col le plus haut de Corse à 1 477 m.

Chacun des Rugissants est vivement encouragé par l'équipe d'assistance avec des cris et de la musique !

Même à cette altitude, la chaleur ne lâche rien. Fort heureusement la quasi-totalité de ce col se trouve dans une forêt de chênes et châtaigniers et l’ombre est notre amie. Il ne reste plus ensuite que 23 km de descente pour gagner notre hôtel près d’un lac de montagne.

Le groupe au sommet du Vergio

Une dizaine de Rugissants s’offre un bain dans le fleuve local, le Golo. Réduit à un torrent avec de belles vasques naturelles pour nager, il permet une belle récupération active dans une eau idéale pour pratiquer une petite cryothérapie.

La journée n’est pas finie, il y a encore le repas réglementaire de 20h à 22h dans un restaurant corse tout proche de l’hôtel. La cuisine est excellente, la propriétaire très sympa à condition de ne pas la contrarier. Le fusil est chargé…

Retour à l’hôtel, chacun vaque à ses activités qui devraient consister à principalement dormir. D’ailleurs dans notre chambre triple il y a comme un problème : c’est celui qui ronfle qui met des boules quies ! Déjà qu’hier Sébastien et Fabien ont fait les polyphonies corses, comment voulez-vous que je récupère… :-)

Voilà ce qu’on pouvait dire sur cette journée somptueuse mais difficile ! Je note que tout le monde a su garder le sourire et la bonne humeur toute la journée alors que l’effort était du genre intense ! Bravo à tous.  

Texte de Loïc, mise en images de Fabien.



Etape 1 : Ile Rousse –> Porto : 120 km et 1 500 m de D+

Samedi 8 juin 2019 / météo : assez beau, un peu couvert par moment, vent léger et température douce puis assez chaude proche des 25°.

Avec chez les filles : Cathy - Eliane (aux commandes du camion avec brio) - Emilie – Florette - Françoise – Karine - Isa – Millie

Et chez les garçons : Alain - Brice – Christophe - Damien – Fabien (plâtré…) - Jean – Jean-Luc – Jean-Pierre - Loïc – Michel - Patrice - Régis - Sébastien – Serge – Thomas - Udo

Rassemblement général hier à Aix à 15h pour charger les vélos dans le camion, notre expert Christophe relève le défi à la perfection (un grand merci !). Départ d’Aix vers 16h, bus et métro puis le soir bateau, nous varions les modes de transport !

Marseille, 19h30, le navire glisse offrant une belle perspective sur la ville. Nous prenons le temps de la contemplation sur le pont supérieur et  par mer assez calme. Le dîner est agréable à bord du Monte d’Oro de la Corsica Linea, puis petite bière au bar avant une nuit subtilement bercée de bruits de moteurs. Ceux de la salle des machines renvoient un bruit feutré dont feraient bien de s’inspirer certains ronfleurs aux sonorités indécentes…

Réveil à 6h, nous prenons le petit déjeuner à bord juste avant de débarquer à l’Ile Rousse.

A 7h30 nous sommes à terre, en train de remonter nos vélos (22 vélos en soute du camion, faut le voir !) Départ de l’étape à 8h15. Notre mascotte et coorganisateur Fabien nous accompagne mais dans le camion car il ne peut malheureusement pas rouler à vélo, le pauvre garçon s’étant cassé le bras il y a une semaine en jouant au football à un mariage… 5 à 6 semaines de plâtre, dur dur !

Le départ, avec une légère brume qui nous enveloppe par épisodes, se fait par l’intérieur des terres et en passant par quelques villages perchés. Les morts sont particulièrement bien logés, dans de grands caveaux de famille avec vue imprenable sur la mer, certains vivants aimeraient bien être aussi bien logés…

Après avoir pris un peu de hauteur, nous entamons notre descente sur Calvi, belle cité corse qui nous offre une agréable pause café sur le port, au pied de la citadelle. Après cela, nous suivons la magnifique route côtière occidentale en direction du sud, sur près de 40 km. Seul bémol, la chaussée est en piteuse état sur de longues portions. Arrêt à la plage de Galéria pour la pause repas, en terrasse avec vue mer. Beau repas, léger comme d’habitude, juste un peu de charcuterie corse qui glisse sans difficulté suivie de quelques lasagnes très aériennes, le tout terminé par un fromage blanc au miel léger lui aussi. Après le repas, il y a des estomacs un peu lourds mais pas tous, certains gentils membres ayant choisi de ne pas manger, une option que personnellement je juge comme déraisonnable et peu fair-play.

Le col principal est une longue montée sans gros pourcentages. Damien atomise la concurrence, en même temps rien d’étonnant à ce que ce jeune contrôleur soit… si aérien. Derrière, Sébastien emmène Brice et Christophe pour les places d’honneur. D’autres préfèrent ménager leur estomac, ou leurs jambes, parfois les deux, des choix qui sont aussi respectables.

Loïc, Françoise et Udo qui en terminent avec le col

Tout le monde termine les 120 km du jour avec une belle satisfaction, celui d’un effort intense dans des paysages exceptionnels et avec une température agréable voir même chaude sur la fin.

Une étape marquée par des routes magiques !

Nous arrivons à l’hôtel de Porto vers 16h, de bonne heure donc, il faut dire que les trente derniers kilomètres ont été effectués à vive allure, ce qui n’empêche pas Thomas de faire une magnifique photo de Rugissants à la queue leu leu et tous joliment penchés dans un virage.

Le groupe à toute vitesse dans la descente vers Porto

Après une bonne douche, dès 17h, c’est plage, baignade et farniente pour tous, un régal !

Le dîner est aussi très réussi. L’ambiance et la condition physique des participants sont excellentes, les occasions de rire ne manquent pas.

Ce fut donc une journée riche, une journée pleine, une journée comme on les aime.  

 

Texte de Loïc, mise en images de Fabien.



Le Parcours Général:





La liste des participants: