Samedi 30 Mars: Le Golfe de St-Tropez






Le résumé : 

1e sortie spéciale 2019, samedi 30 mars, Le golfe de Saint Tropez. 113 km – D+ : 1 420 m

Météo : froid prenant la première heure, très agréable par la suite (autour de 20°) – Grand ciel bleu – vent faible.


22 participants :

Avec une belle cohorte de filles : Cathy, Françoise, Karine, Isa, Manon.

Avec un bon régiment de garçons : Alain C., André J., Brice, Bruno, Christophe A. et Christophe C., Fabien, François B. et François P., Inno, Jean-Claude, Jean-Luc, Jean-Pierre B., Loïc, Patrice, Salvatore

Avec une vedette américaine : Udo, de Washington, pour une petite année en France et qui a rejoint le groupe des Rugissants il y a quelques mois.

 

Hier c’était la rentrée des Spéciales. La classe des Rugissants a fait la sienne sur les jolies petites routes du Var, entre massif des Maures, golfe de Saint Tropez et massif de l’Estérel, sur un élégant parcours en forme de 8, signé Fabien.

Un alléchant programme concocté par notre chef Fabien, selon la recette habituelle qui a fait ses preuves : des amuse-gueules, un bon plat de côtes, et un dessert qui descend tout seul (ou presque) jusqu’à l’arrivée, où là nous attendait un vrai repas…

Nous étions nombreux, 22 Rugissants, au départ du Muy à 7h45 précises comme d’habitude (8h à ma montre, Jean Pierre B. étant un peu lent le matin pour s’habiller en cycliste…). Fabien nous avait garanti une température agréable de presque 10° dès le départ (3° à mon GPS). Autant dire que ceux qui étaient habillés un peu léger (comme moi) ont vécu une première heure un peu difficile.

Fabien, toujours lui, avait fait une reconnaissance complète du parcours il y a quelques semaines, nous garantissant une chaussée impeccable ou presque. Il y eut des travaux en début de parcours, des trous un peu partout dans un col à sa montée et sa descente, et globalement pas mal de  gravillons. Mais comme il faisait beau, que le paysage était beau, que nos tenues cyclistes de Rugissants étaient classes, et que Fabien est un très brave garçon doublé d’un formidable organisateur, on a rien dit. J

Après Vidauban, la route est superbe et déserte pour gagner Plan de la Tour, cela monte avec des pourcentages légers à travers la pinède, idéal pour se réchauffer en profitant aussi de jolis enchaînements de virolos en descente.

Nous avons pris comme c’est l’usage le café en début de parcours, au kilomètre 10 comme d’habitude (km 60 à mon GPS…). Oui en fait l’organisateur avait décalé le café pour que nous le prenions dans le golfe de Saint Tropez, à Port Grimaud. Un très bon choix sauf que Port Grimaud c’est une cité-marina et que l’entrée était bloquée par un petit pont avec un cerbère mal embouché qui refusait de nous laisser passer avec nos vélos. Comme il était obtus bien au-delà du raisonnable, on est passé quand même avec nos vélos à la main, histoire de faire un geste de conciliation. On sent qu’ici, les riches aiment bien rester entre eux…

Le café très apprécié sous le soleil de Port Grimaud

Malgré tout, un bon café au soleil se déguste, et ensuite on repart en direction des nouveaux cols au programme. Cela nous permet d’être à l’isolement et de profiter de panoramas superbes allant du golfe de Saint Tropez à Fréjus.

Jean-Pierre mène le peloton dans le Golfe de Saint-Tropez

Selon le descriptif du G.O, le col de Valdingarde est, je cite : « une route particulièrement sauvage et étroite et somme toute très agréable. A noter que la route est fermée à la circulation, ce qui rend l'ascension encore plus agréable. » Décryptons un peu : si la route est fermée à la circulation c’est parce qu’elle est complètement défoncée. C’est vrai que le paysage est somptueux mais attention à plutôt regarder où on met ses roues, c’est farci tous les vingt mètres de nids de poules (de grosses poules d’élevage industriel…).

Enfin tout se passe bien et nous faisons la photo au sommet.

Patoche au sommet du col de Valdingarde

La descente est annoncée en bien meilleur état par Fabien. Quel sens de l’humour ce jeune !

Pour finir la sortie il reste un dernier col qui nous amène dans le massif de l’Estérel, au célèbre rocher de Roquebrune, on se croirait dans le Colorado ! C’est superbe et la montée est assez difficile mais on est là pour ça aussi.

Ne reste plus qu’à regagner Le Muy pour y faire un bon repas convivial en terrasse. Tout le monde a bien roulé et mérité sa collation ! Un grand merci à Cédric qui a été de très bon conseil pour le resto même s'il n'a pas pu en profiter.

Le resto bien mérité en terrasse au milieu des vignes varoises !

Encore une sacrément belle journée et un bien beau parcours signé de notre cher Fabien. Il ne faut pas toujours le croire quand il dit que les routes seront bonnes, mais on peut lui faire confiance les yeux fermés quand il dit qu’elles seront belles !

L'occasion est donné d'avoir une grosse pensée pour Bruce, il est remonté sur un home trainer et alterne les séances avec le kiné :il va remonter sur son vélo dans un petit mois.

Texte de Loïc mis en images par Fabien.                                                                        


Les 22 participants :


Le groupe au sommet du col de Valdingarde : André-Jean-Pierre B-Cathy-François P-Salvatore-Patrice-Udo-Isa-Christophe A-Fabien-Bruno-Loïc-Christophe C-Karine-Manon-Françoise-François B-Jean-Luc-Jean-Claude-Brice-Inno-Alain C