Samedi 14 Septembre, la côte Varoise au départ de Bandol.








Le résumé : 

105 km / D + : 1 500 m

Météo : beau temps chaud, température 29°, vent nul à faible

24 participants : Cathy / Françoise / Isa / Karine / Alain B. /André / Baggio / Brice / Bruce / David / Eric A. / Eric G. / Fabien / François B. / Fred G. / Jean / Jo / Jean-Claude / Jean-Pierre B. / Loïc / Michel / Patrice / Pierre G. / Régis

Résumé : Grosse affluence, grosse chaleur !

C’est bien simple, on a failli refuser du monde. 24 participants pour cette sortie spéciale de fin d’été, l’avant-dernière de la saison, un peloton royal ! Du jamais vu pour une sortie de septembre. On prenait de la place sur la route, parfois trop… Surtout que l’automobiliste du samedi matin est pressé de faire ses courses. On aurait même pu être 25, mais Thomas avait dû déclarer forfait à la dernière minute, terrassé par une angine. Bon rétablissement Thomas.

Le café en toute convivialité, rien de mieux pour se plonger dans l'ambiance de la spéciale !

Sympathique, le retour de Bruce après 9 mois éloigné de nous suite à une grave chute l’hiver dernier (un immense bravo à lui pour tous les efforts accomplis et les progrès réalisés depuis des mois). Bref, un très beau plateau avec des nouveaux Rugissants, des Rugissants canal historique, et des anciens membres de retour, tels que Fred et Jo. L’itinéraire était beau, voire très beau mais pour tout dire fort compliqué. Fort fréquenté aussi. Autant dire que sans Fabien, nous nous serions perdus un petit peu partout. Certes c’était le local de l’étape puisqu’il habite et travaille désormais à Toulon mais quand même, il faut le faire pour guider tout ces cyclistes fougueux, surtout qu’il a fonctionné sans GPS, qu’il avait un sacré « troupeau » à contrôler, et qu’il sortait de maladie en plus.

A Bandol, station balnéaire varoise et notre lieu de départ, le parking pour se garer est face à la mer, autant dire que de bonne heure le matin il y a de la sérénité dans l’air, une
stimulation pour faire du sport et une jolie lumière aussi. Ajoutons qu’il faisait déjà très bon à 7h45 du matin pour prendre le café avant le départ. Départ à 8h pétante comme toujours (largement 8h20 à ma montre). Ce n’est pas notre faute, 25 cafés d’un coup, la serveuse afailli faire un burn-out et a été un peu débordée. Nous avons commencé par un parcours côtier de Bandol à Sanary puis Six Fours. Une première crevaison de Brice stoppe le peloton mais est vite réparée.

Le début de sortie en bord de mer

Après cela, le temps est venu d’aller arpenter la rade de Toulon dans son intégralité. D’abord la presqu’île de Saint-Mandrier ou se trouve une première grimpette, un petit « Alpe d’Huez » local évidemment beaucoup plus court mais fait de plein d’épingles comme son grand frère des Alpes, épingles empilées et assez raides quand on les prend à la corde. On a pour le même prix un premier effort musculaire et de beaux panoramas au sommet, tantôt du côté de la rade, tantôt du côté du large. Les troupes sont fraîches et joyeuses, coordonnées aux belles couleurs bordeaux et bleu pour l’essentiel.

Les lacets de l'Alpe d'Huez local : c'est court mais ça grimpe !

Jean-Pierre lui arbore l’ancien maillot, le blanc, mais ça c’est parce qu’il a encore oublié de ranger sa chambre ! Comme nous longeons ensuite l’arsenal, j’en profite pour faire un petit décompte des bâtiments de notre Marine Nationale. Rien ne manque, de la frégate jusqu’au porte-avions, on se sent en sécurité côté mer, un peu moins côté route car la circulation est déjà dense dans le secteur. A la sortie de Toulon, Fabien nous emmène dans des quartiers délaissés des pauvres (je ne sais pas pourquoi, le prix du mètre carré peut-être ?) avec de grandes propriétés arborées et la vue sur mer pour certaines. Ensuite une route assez granuleuse et casse-pattes nous fait découvrir au loin la presqu’île de Giens et les îles d’Hyères.

Le bord de mer et la presque île de Giens en arrière plan : superbe !

On s’arrête après à un robinet pour faire boire les bêtes avant d’aller escalader le mont Coudon. 25 bidons qui se tendent autour d’un seul robinet, ça prend du temps, comptez un grand jerrican d’eau pour le peloton entier.

Le mont Coudon constitue avec le mont Caume et le mont Faron l’un des trois sommets qui dominent la ville de Toulon. Une montée assez longue commence, parfois pentue, sous une bonne chaleur, pour passer du niveau de la mer à 700 m d’altitude environ. C’est une route en cul de sac avec un fort militaire au sommet. Michel se charge de la première place, fort aimable à lui. Après cela, arrivée en ordre dispersé mais personne ne manque pour la photo de groupe au sommet.

Loïc en termine avec le Coudon qui domine la rade de Toulon

Nouvelle crevaison dans la descente, de Françoise cette fois, avec un joli clou fiché dans le pneu. Regroupement, il ne reste plus qu’à profiter à bonne allure d’une route largement descendante pour regagner Bandol.
Dans le groupe nous avons 180 de Q.I, c’est énorme ! Mais divisé par 25, ce n’est pas tant que ça. C’est sans doute pour cela que les premiers sur la route du retour seront les derniers à Bandol, pour cause de maîtrise très aléatoire de l’itinéraire, certes compliqué. Enfin, ce qui compte, c’est que comme prévu, nous sommes à 13h au resto (largement 14h à la montre du restaurateur). Une quinzaine de Rugissants restent manger, boire et rigoler. 15h30, il est temps de demander l’addition. Dans le groupe nous avons 300 € de frais, c’est énorme ! Mais divisé par 15, ce n’est pas tant que ça.

Une belle tablée pour finir la spéciale !

Fabien et moi prolongeons par un bain de mer récupérateur sur la plage de Renecros. La journée étant encore une fois très réussie, on a prévu de se revoir pour une dernière
spéciale, en octobre… Avant le repas annuel en novembre... Il y a toujours une actu chez les Rugissants !

Texte de Loïc, mise en images de Fabien.

Le Parcours: Télécharger la trace GPX


Les 24 participants :

Le groupe au sommet du Coudon (il manque Fréd, Jo et Eric sur la photo)